Accueil‎ > ‎Chroniques santé‎ > ‎

Tendinopathie du tendon d’Achille

publié le 27 sept. 2013 à 16:07 par Commis ASV

Plusieurs blessures rencontrées par les joueurs de soccer ont été expliquées dans cette chronique.  La blessure du tendon d’Achille en est une autre!  Nous tenterons donc de faire la lumière sur ce problème pouvant affliger les joueurs de soccer mais également les sportifs de tout genre.  Cette affection est divisée en trois définitions distinctes en rapport avec la structure atteinte.

 

En premier lieu on retrouve la péritendinite, c’est-à-dire une atteinte du début du tendon d’Achille, se situant plutôt vers la fin du mollet.

 

On retrouve en second lieu la tendinite d’insertion, se situant au point d’attache du tendon à l’arrière du talon.

 

En troisième lieu, la membrane entourant le tendon peut être en inflammation et/ou en dégénérescence, et on nommera alors l’affection une ténosynovite.

 

Les signaux

Les signes et symptômes possibleslors d’une atteinte de ce tendon sont : une douleur au site en inflammation, une raideur à la cheville, et des crépitements audibles. L’intensité et la fréquence de la douleur au tendon d’Achille diffèrent selon le stade.

 

Stade  1 : La douleurest présente après les entraînements, et ne gêne pas l’activité sportive.

Stade 2 : La douleur est présente au début des entraînements, disparaît après l’échauffement et réapparaît après l’effort.

Stade 3 : La douleur persiste à l’effort, elle est présente au commencement, pendant et après l’activité physique, obligeant le sportif à cesser toute activité.

Stade 4 : Rupture du tendon.

 

Les causes

Les origines de cette affection sont multiples : un frottement de la chaussure sur l’épiderme ou sur le tendonest unepossiblesource d’irritation. La tendinopathiepeut être traumatique, par compression (par exemple : un coup de pied reçu sur le tendon d’Achille) ou par un étirement trop intense et soudain. Un changement de chaussures ayant une différence de hauteur de semelle (un exemple évident: les talons hauts versus les souliers de soccer, qui sont relativement plats)occasionne un stress sur le tendon. Un manque de souplesse des muscles postérieurs de la jambe,un manque de mobilité du pied ou une déformation changeant la biomécanique du pied, comme un pied plat ou creux, entraînentpotentiellement cette affection.De plus, des études récentes suggèrent qu’il existe une prédisposition génétique aux tendinites.[1]

 

Diagnostic différentiel

Parfois, même si la douleur se situe dans la région du tendon d’Achille, il ne s’agit pas nécessairement d’une tendinite.En effet, d’autres structures en périphérie du tendon peuvent aussi être en inflammation. Il existe deux bourses, dont leur rôle est de limiter le frottement entre les structures anatomiques, pouvantdevenir irritées et entrainer une bursite rétro calcanéenne, en profondeur, affectant la bourse sous le tendon d’Achille, ou une  bursite sous-cutanée calcanéenne, affectant la bourse superficielle devant le tendon d’Achille. Il est aussi possible qu’une bursite accompagne une tendinite. Chez les enfants de huit à treize ans, une autre affection est observable : l’apophysite calcanéenne[2], qui entraîne des douleurs à l’arrière du talon, près du site d’insertion du tendon d’Achille. Il s’agit d’un détachement d’une partie de l’os du talon par une contrainte exagérée du tendon sur celui-ci. Elle est souvent présente aux deux pieds.

 

Les complications possibles

Dans des cas traumatiques plus graves,on observe une rupture partielle ou complète du tendon d’Achille. La rupture complète s’identifie par l’absence des contours du tendon d’Achille derrière la cheville,contrairement à la tendinite qui peut élargir la portion apparente du tendon dontles contours restent encore visibles. (Voir figure ci-contre : à gauche, on note une rupture, par rapport à un pied normal à droite) Une fracture de stress ou de fatigue du calcanéum peut aussi survenir.

 

Traitement

Le repos est la première étape à suivre si une douleur vive est présente au niveau du tendon. Cesser l’activité causant la douleur pour quelques jours. L’inflammation doit être contrôlée. L’application de glace (massage avec un glaçon sur la région douloureuse un maximum de 3 minutes consécutives/heure, ou un enveloppement froid 15 minutes/heure) sera aussi bénéfique. Le médecin peut prescrire des médicaments anti-inflammatoires, et des traitements en physiothérapie peuvent contrôler localement cette inflammation. Lors d’une douleur forte, il faut éviter d’étirer la région avec des exercices de souplesse des mollets. Lorsque la douleur diminue, on peut reprendre graduellement les étirements et l’activité, selon l’endurance.

 

Prévention

Pour éviter ces blessures et complications, la prévention est de mise, en faisant des changements progressifs quant aux chaussures. Idéalement il fautéviter de changer brusquement de type de chaussure ayant une variation de hauteur de semelle significative au niveau du talon (talons hauts versus espadrille stabilisatrice versus chaussure minimaliste).  Il en est de même pour la nature du terrain : on devrait faire un changement progressif si l’on est habitué à toujours effectuer l’activité sur le même type de sol (béton versus terre versus terrain synthétique)  Il est aussi important de maintenir une bonne souplesse des muscles du mollet (gastrocnémiens et soléaires) en faisant des étirements superficiels et profonds, et une bonne mobilité de la cheville en la mobilisant en cercles ou en « 8 ». Une bonne hydratation influencera aussi positivement la qualité et la fonction des tissus.

 

 

Gracieuseté des professionnels de la Clinique de réadaptation Physiqu’action 

 



[1]http://pubmedcentralcanada.ca/pmcc/articles/PMC2658952/, SEPTEMBER Alison V, SCHWELLNUS, Martin P, and COLLINS, Malcolm. « Tendon and ligament injuries: the genetic component » British Journal of Sports and Medicine. 2007 April; 41(4): 241–246.site consulté le 28 août

 

[2] DUPUIS-LECLAIRE. Pathologie médicale de l’appareil locomoteur, Éditions Maloine S.A. Paris, St-Hyacinthe, Québec, 1986, p. 714-715

 

ĉ
Commis ASV,
27 sept. 2013 à 16:07
Comments