Accueil‎ > ‎Chroniques santé‎ > ‎

Les douleurs liées à l’entraînement

publié le 16 juin 2011 à 18:47 par Association Soccer Varennes   [ mis à jour : 8 janv. 2012 à 15:45 ]


Une collaboration de:

La saison de soccer débute et déjà des douleurs et des blessures musculaires liées à l’entraînement se présentent!  Pourquoi ?

 

Deux types de douleurs musculaires peuvent être rencontrés lors de l’entraînement et ce, autant par un athlète d’élite que par un sportif amateur.

 

Premièrement, la douleur qui survient vers la fin d’un effort soutenu ou d’une activité physiquement exigeante : la plupart des gens ressentent une sensation de brûlure dans le muscle travaillé ainsi qu’une perte de forceCette brûlure est causée par l’accumulation d’acide lactique dans le muscle. La faiblesse est résorbée en quelques heures. La douleur disparaît elle aussi dans les heures suivant l’entraînement.

 

En second lieu, la douleur qui survient le lendemain dun entraînement (24 à 48 heures) : ce type de douleur est souvent décrit comme une raideur, de la sensibilité lorsqu’on touche le muscle sollicité et, à l’occasion, de l’enflure. Lors de la pratique intense d’un sport, les muscles ont déployé un effort tout en s’allongeant (travail excentrique).  En travaillant ainsi, les muscles sont plus vulnérables.  Pourquoi ce type de douleur prend-t-il 24 à 48 heures avant de nous incommoder ?  Il y a quelques explications mais les recherches se poursuivent encore. Pour le moment, ces dernières démontrent que la réparation des micro-déchirures du tissu musculaire ne se fait pas instantanément. Malheureusement, les lésions se poursuivent quelques temps. La seconde explication est que des déchets métaboliques s’accumulent dans le muscle, dans nos cellules musculaires, causant une augmentation de la pression intracellulaire puis une rétention d’eau et provoquant donc un œdème qui active les terminaisons des fibres sensibles d’où l’apparition de douleurEnfin, une autre interprétation qui explique la douleur à retardement est probablement le temps que prennent les cellules pour se désagréger et les substances chimiques pour s’accumuler.

 


Heureusement, il y a quelques trucs pour éviter ou prévenir ces douleurs. Il est conseillé d’avoir une bonne alimentation variée et équilibrée. Il est primordial de boire de l’eau régulièrement. Lors d’un entraînement ou de la pratique d’un sport, il est recommandé de boire souvent (aux 15 minutes lorsqu’il fait chaud) afin d’éviter la déshydratation. Une autre mesure pour éviter les douleurs et les blessures musculaires est de s’échauffer.  Il est suggéré de réchauffer nos muscles en augmentant notre rythme cardiaque, par exemple, faire un peu de vélo ou du jogging léger. Ensuite, il est important de bien étirer tous les groupes musculaires afin de diminuer les risques de blessures musculaires. Bien entendu, si une douleur se présente, il ne faut pas la négliger.

 

Retenez que la pratique régulière d’activités physiques et d’entraînement diminue les douleurs décrites plus haut.  Les muscles ont une bonne capacité d’adaptation.  Les lésions expliquées précédemment diminuent d’une séance d’entraînement à l’autre.  Les fibres musculaires deviennent plus résistantes à ce type de lésion.  Évidemment, il ne faut pas relâcher la vigilance et maintenir les bonnes habitudes d’hydratation, d’échauffement, bref, de prévention générale.

 

Un petit rappel, le traitement de base s’appliquant à toutes les blessures : prendre un peu de repos et appliquer 10 minutes de glace sur la blessure aux 2 heures. Si l’inflammation est déjà présente, il est important de placer le membre affecté en élévation légère  afin de diminuer l’œdème. Une compression peut être nécessaire pour limiter l’inflammation suite à la blessure.

 

En résumé, il existe deux types de douleurs liées à l’entraînement : la douleur que l’on ressent pendant l’entraînement qui disparaît quelques heures après, et la douleur que l’on ressent 24 à 48 heures après l’entraînement ou une activité sportive.  En prévention, une bonne alimentation avec une hydratation fréquente surtout par temps chaud, les échauffements et les étirements recommandés par les entraîneurs devraient limiter quelques désagréments cet été Enfin, repos, glace, élévation et compression en cas de blessure devraient  aider à diminuer la douleur et l’inflammation.

 

Au besoin, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé.

 

Bon entraînement ! Bon été !

 

Gracieuseté des professionnels de la Clinique de réadaptation Physiqu’action

Comments