Accueil‎ > ‎Chroniques santé‎ > ‎

Les blessures musculaires

publié le 1 juil. 2010 à 19:34 par Association Soccer Varennes   [ mis à jour : 1 juil. 2010 à 19:37 ]
Une collaboration de:

Dans toute pratique sportive, il y a un risque de blessure même si on demeure prudent. Les blessures rencontrées le plus fréquemment au soccer sont les blessures musculaires. La contusion, la crampe, l’élongation, le claquage, la rupture musculaire et la douleur à l’aine font donc partie des blessures chez le joueur de soccer.

La contusion est une blessure fréquente chez les sportifs. Cette dernière est le résultat d’un coup reçu directement sur le muscle contracté. Au soccer, un joueur peut recevoir un coup de pied ou de genou lors d’une collision avec un autre joueur ou lors d’une chute. Les muscles les plus exposés aux contusions sont le quadriceps (muscle de la cuisse) et les muscles des membres supérieurs. Lors d’une contusion, une douleur locale est ressentie, il peut y avoir de l’inflammation et une ecchymose apparaissant peu après le traumatisme en raison de la rupture de petits vaisseaux sanguins. L’application de glace sur le muscle atteint va aider à diminuer l’inflammation et la douleur.  La reprise des activités s’effectue lorsque le muscle se contracte normalement, est souple et fort. 

La crampe est une contraction musculaire involontaire, intense et très douloureuse. La crampe peut survenir au repos ou à l’effort.   Les causes sont : une insuffisance en apport d’oxygène ou d’électrolytes sanguins, la déshydratation, et l’épuisement.  Les symptômes d’une crampe sont : une douleur sévère, une raideur importante, et une diminution de mouvement des articulations liées au muscle blessé.  Pour traiter cette blessure, il faut étirer doucement le muscle contracté.  Des massages légers ainsi qu’une application de glace sont suggérés permettant ainsi de réduire l’inflammation.  Le traitement préventif des crampes est de bien s’échauffer, de savoir reconnaître les signes de fatigue musculaire, de progresser graduellement l’entraînement et de bien s’hydrater.

L’élongation est une douleur musculaire ressentie lors d’un effort violent qui va au-delà des limites élastiques du muscle. Lors de l’élongation, il survient une déchirure de quelques fibres musculaires. Une mauvaise préparation est souvent en cause, c’est-à-dire un mauvais échauffement et un manque d’étirement, d’assouplissement. La douleur de l’élongation est  ressentie pendant l’effort en un point bien précis. Au repos, on peut ressentir un point de douleur plus diffus. Il est recommandé de diminuer les efforts et de prendre quelques jours de repos. Ainsi, l’application de glace sur le point de douleur aidera à diminuer l’inflammation.

Le claquage est aussi dû à un effort très violent et brusque du muscle. La douleur ressentie est très vive, localisée et un hématome apparaît. Le claquage est une déchirure de plusieurs fibres musculaires avec un saignement intramusculaire. Il est facile à reconnaître : un joueur qui s’arrête brusquement sur le terrain et se plaint d’une douleur vive à un endroit bien précis comme s’il venait de recevoir un coup de couteau est possiblement victime d’un claquage. Les groupes musculaires les plus  atteints sont les quadriceps (muscle de la cuisse), les ischios-jambiers (muscles derrière la cuisse) et les mollets. 





Pour soigner un claquage, un arrêt de quelques semaines s’impose. Immédiatement, l’application de glace avec le membre en élévation ainsi qu’une compression limitera l’inflammation. Ensuite, la prise d’anti-inflammatoire peut être conseillée. La guérison est d’environ 1 mois. Afin de diminuer le risque de claquage, il faut avoir une bonne séance d’échauffement, d’étirement et avoir une bonne alimentation et une  hydratation adéquate.

La rupture musculaire est une déchirure complète d’un muscle ou d’un tendon  suite à un effort trop violent. Les symptômes de la rupture sont les mêmes que le claquage mais plus ils sont plus accentués. Le blessé ressent une douleur violente et une impotence au membre touché. L’intervention médicale est nécessaire et  souvent, une chirurgie s’impose. La convalescence est de plusieurs mois. Dans le sport, la rupture musculaire la plus fréquente est celle du tendon d’Achille (tendon derrière le mollet et le talon). Comme toutes les blessures musculaires, la prévention est de mise en effectuant les périodes d’échauffement et d’étirement avant la pratique de votre sport préféré.

Une des douleurs dont les joueurs de soccer se plaignent le plus est la douleur à l’aine. Celle-ci est en fait une tendinite des adducteurs de la hanche (muscle à l’intérieur de la cuisse). Une tendinite est  l’inflammation d’un tendon, le tendon étant la terminaison d’un muscle. La tendinite des adducteurs de la hanche causant une  douleur à l’aine peut être provoquée soit par des mouvements répétitifs (entraînement excessif) ou de façon traumatique (chute,  blocage, arrêt brusque du mouvement). La douleur est diffuse au niveau de l’aine et à la face interne de la cuisse, donnant une sensation de fragilité et occasionnant parfois une boiterie. Le traitement conseillé est de prendre du repos, d’appliquer de la glace pour diminuer l’inflammation, de faire des étirements doux adéquats et de renforcer les muscles de la jambe pour éviter d’autres blessures du même genre.

En résumé, le traitement de base pour les blessures de type musculaire consiste en :

  • l’application de glace pour diminuer la douleur et l’inflammation
  • du repos
  • un réchauffement et des étirements adéquats
  • un renforcement progressif dès que la douleur diminue
  • une consultation médicale selon l’évolution de la blessure.

 

Bonne saison !

Gracieuseté des professionnels de la Clinique de réadaptation Physiqu’action

Juillet 2010

Comments