Accueil‎ > ‎Chroniques santé‎ > ‎

La périostite tibiale

publié le 27 févr. 2011 à 05:30 par Association Soccer Varennes   [ mis à jour : 27 févr. 2011 à 05:32 ]

Une nouvelle saison de soccer extérieur approche
à grand pas pour certain et pour d’autre c’est une continuité de l’entraînement. En physiothérapie,
il nous arrive de rencontrer des joueurs de soccer
avec des douleurs à l’avant du tibia.  Fréquemment,
ces joueurs présentent une périostite tibiale. La périostite est une inflammation du périoste. Le périoste est un tissu conjonctif très riche en tissus nerveux et
très vascularisé qui recouvre complètement l’os. Cette membrane s’entremêle avec les insertions des muscles
et des ligaments qui s’attachent au tibia. 

Le principal symptôme  d’une périostite est la douleur.  Elle est semblable à une brûlure et se situe à la face antéro-interne du tibia. Cette douleur débute souvent de façon sournoise,  est augmentée avec l’entraînement, les sauts, les sautillements et lors d’accélération et de décélération à la course.  Une douleur intense est présente à la palpation du bord interne du tibia. Cette douleur peut devenir gênante, provoquant même une boiterie.  

Quatre stades sont établis:

1)      Douleurs apparaissant seulement après l’effort.

2)      Douleur présente au début de l’activité sportive, diminuant pendant l’effort, puis augmentant à nouveau après l’arrêt de l’activité.

3)     Douleur sévère obligeant le joueur à cesser l’activité sportive.

4)     Stade de décompensation : fracture de stress (fracture de fatigue).

Il y a plusieurs causes possibles à l’origine d’une périostite. Parmi celles-ci, nous retrouvons des problèmes biomécaniques du pied (pieds plats ou creux), des chaussures inadéquates ou usées, une augmentation trop rapide de l’entraînement, une surface de jeu trop dure ou trop molle (sable) ou tout simplement une faiblesse et un manque de souplesse musculaire. 
Le principal responsable demeure toutefois le surentraînement.


Le traitement d’une périostite repose sur l’application de glace, des étirements adéquats, une diminution de l’entraînement, et des exercices de renforcement. Dans cette pathologie, le repos est très important au début des symptômes car, dans les cas les plus sévères, la guérison peut nécessiter jusqu’à 2 mois ou se détériorer en fracture de stress. Selon l’origine du problème, des orthèses peuvent améliorer la situation.  Les traitements de physiothérapie sont indiqués pour diminuer l’inflammation, regagner la souplesse musculaire et effectuer un renforcement adéquat des muscles nécessaires à la pratique sportive.  De plus, un taping spécifique pour ce type de problème peut être fait pour le retour aux activités.

Comme toute pratique sportive, la prévention  demeure  la meilleure solution. Ainsi, il est conseillé de faire un bon programme d’assouplissement des membres inférieurs, un renforcement adéquat des muscles sollicités par le soccer,  et, bien sûr, de bien se chausser. Soyez vigilant, ces blessures surviennent surtout en début de saison, en débutant la pratique d’une nouvelle activité, lors d’un excès d’entraînement, ou dans une période de surmenage sportif. Peu importe la blessure, il vaut mieux prendre quelques jours de repos plutôt que de sacrifier le reste de la saison!

 

Gracieuseté des professionnels de la Clinique de réadaptation Physiqu’action 

Février 2011

Comments